top of page

Gérer les émotions et pensées négatives

Dernière mise à jour : 6 janv.




6 0 0 0


C'est le nombre de mots que nous prononçons en moyenne chaque jour.

Et entre ce que nous disons et ce que nous pensons ou voulons dire, les mots qui nous restent dans la tête, le nombre de mots est beaucoup plus important.



D'ailleurs Imaginez une phrase, n'importe laquelle, celle qui vous vient à l'esprit, il y a de grandes chances pour que la plupart des mots la composant ne concernent pas des faits mais des évaluations, des jugements entrelacés avec des émotions.

Certaines sont positives et utiles, comme des félicitations, des signes de reconnaissance positive*. D'autres sont négatives et inutiles comme des reproches ou des signes de reconnaissance négative*

*Les reconnaissances ou stroke en analyse transactionnelle, sont la nourriture affective que chacun a besoin pour nourrir son émotionnel.

Pour l'être humain, il est normal d'avoir des pensées négatives, des critiques, des sentiments indésirables, des doutes, des peurs et je pense qu'il est difficile de faire autrement.

Notre esprit, lui, fait son travail qui est d'essayer d'anticiper et de résoudre des problèmes et éviter de potentiels écueils.


Le problème est que souvent ces pensées sont hameçonnées comme un poisson au bout de la ligne par l'esprit de la personne, souvent, d'ailleurs cela lui "prend la tête", .

Les bavardages internes qui s'ensuivent permettent de saper d'importantes ressources cognitives qui pourraient être utilisé à meilleur escient.

Ce sont des situations que nous rencontrons souvent parce qu'elles proviennent de problèmes émotionnels récurrents. Cela procure des angoisses concernant les priorités, la gestion du temps …, une jalousie envers la réussite, la situation, la personnalité… des autres ou des peurs de rejet, d'abandon… et bien d'autres états d'âme.

Pour les "réparer", chacun construit sa propre stratégie. Cela peut-être faire des "to-do lists", faire des déclarations positives, des citations, se créer des surcharges de travail….

Mais lorsque je pose la question de savoir depuis quand ces problèmes persistent, la réponse peut-être dix ans, vingt ans.. voire depuis l'enfance.

Il est évident que ces techniques ne fonctionnent pas. Dans une célèbre étude menées par Daniel Wegner, professeur à Havard, les participants à qui il était demandé d'éviter de penser à des ours blancs, avaient du mal à le faire; puis lorsqu'on l'y autorisa, ils pensaient aux ours blancs bien plus que les participants du groupe témoin.

Ainsi si voulez arrêter de fumer et que vous vous dites "je veux arrêter de fumer", vous comprenez que les chances de réussite, dans ce cas-là, sont très faibles.

Une particularité du cerveau que nous abordons.

Aujourd'hui où l'intelligence émotionnelle est un élément capital de réussite, que ce soit dans le domaine de l'entreprise, du sport ou tout simplement, dans la vie de tous les jours, il est judicieux de se connaître, de connaître son potentiel émotionnel.


Pour un manager qui veut développer son Leadership et qui ose se soumettre aux appréciations de ses collaborateurs un 360 IE (Intelligence Emotionnel) permet une juste perception de la réalité.

  • Comment je me perçois ?

  • Comment mes collaborateurs me perçoivent ?

  • Quel est l'écart de perception entre leur perception et la mienne ?

  • Quels sont sont les aspects émotionnels que je dois développer ?

Êtes-vous hameçonné comme un poisson ?

Monique est une jeune femme, qui travaille dans une société de distribution. Elle a commencé au bas de l'échelle et s'est investie dans son travail. Sa seule ambition : réussir, devenir la patronne d'un société qu'elle créerait et qu'elle dirigerait. Pour cela, elle ne compte pas les heures, répond de manières compulsive à tous les messages qu'elle reçoit sur son smartphone. Dans sa tête une voix lui disait : "pour réussir il faut travailler" . Elle devait réussir …

Réussir pour être reconnue, réussir pour exister…

Se décrocher de l'hameçon

Monique, s'est rendu compte, que plus elle ferait d'effort peut-être qu'elle se rapprocherait de son but mais à quel prix et au détriment de quoi, sa santé sa famille.

Ensemble nous avons convenu d'un "deal" basé sur la confiance et mis en place un programme progessif comprenant quatre sous-objectifs.

  • Prise de conscience des comportements récurrents

Ce premier travail a demandé de prendre de la distance avec soi-même pour "voir" son moi profond. Dans ce cas-là je sers de "miroir grossissant" pour qu'elle puisse se "voir" telle qu'elle est réellement, connaître l'origine de son comportement afin de mettre uns stratégie en place. C'est une phase d'observation, principalement factuelle.

  • Identifiez les pensées et les émotions

Qualifier les choses que la personnes fait, c'est mettre un nom sur ce que la personne pense ou ressent. Le fait de qualifier les choses vous permet de voir vos pensées et sentiments tels qu'ils sont : des sources d'information en transit susceptibles de se révéler utiles ou non.

  • Acceptez

Ne pas agir sur chaque pensée ou vous résigner à la négativité mais répondre à vos idées et émotions avec une attitude ouverte, en y prêtant attention et en vous autorisant à les ressentir. Accepter son sentiment

  • Agir sur la base de ses valeurs

Le flux de l'esprit s'écoule sans cesse et les émotions changent comme la météo, mais on peut faire appel aux valeurs à n'importe quel moment, dans n'importe quelle situation.

Jean Jacques

Et vous en pensez quoi ?

Je reste à votre disposition pour en discuter !

Sources et pratiques

  • La pleine conscience - Jon Kabat-Zinn

  • L'intelligence émotionnelle de Daniel Goleman

  • Le deuil -Elisabeth Kubler Ross

  • Les 5 blessures de l'âme Lise Bourbeau

  • La Communication Non violente

  • Eric Berne - L'analyse transactionnelle

  • Article de Susan David PDG d'Evidence based psychology, cofondatrice de l'Institute of coaching et chargée d'enseignement à l'université de Harvard Christina Singleton fait des recherches sur la pleine conscience et le cerveau au Massachsetts General Hospital est associé e chez Evidence based psychology et coach

  • Personal Values Card Sort de W.R. Miller de l'Université du Nouveau Mexique

#communication #developpementpersonnel #intelligenceemotionnelle #relationsprofessionnelles #gestiondesemotions

23 vues0 commentaire
bottom of page