top of page

Comment ne pas se faire manipuler ?



La manipulation existe partout car elle flatte notre égo ou tout simplement notre bonne éducation.

La nature de l'être humain est naturellement manipulable, parce que notre inconscient nous mène par le bout du nez et que notre cerveau privilégie le plaisir à la logique et à la réflexion.

En fait, la manipulation utilise tout ce qui fait de nous des êtres d'émotion et de communication !


Piégé par nos enfants, nos amis, nos animaux, notre bonne éducation !

Les enfants sont experts dans ce domaine : Si votre fillette d'environ 5 ans vient vous voir et vous dit : "Mon petit papa chéri, je m'ennuie, peux-tu m'acheter la poupée "Reine des neiges", elle est tellement jolie, je te promets que serais très sage !" Comment résister et ne pas passer pour un papa pas gentil !


Abuser de votre gentillesse n'est pas forcément une action volontaire : "Vous êtes dans le train, une passagère assise en face de vous, vous demande si cela ne vous dérange pas de de surveiller son sac pendant son absence. Votre réponse sera surement : " Oui, bien sûr, cela ne me dérange pas " . Je pense que personne n'oserait dire : " Oui, cela m'ennuie".

Toutes ces petites manœuvres ne font pas grand mal. C'est de la petite manipulation et nous avons tous à un moment donné, eut recours à ce genre de communication !


Piégés par des vrais manipulateurs

Nous sommes à la merci de celui qui promet de combler nos manques.

Les vrais manipulateurs cherchent, eux à contrôler et dominer leur cible et pour cela, ils ont besoin des manipulés, c'est un jeu social.

Le manipulé n'est pas forcément un naïf, un crédule, un trop gentil... personne n'est à l'abri, car nous avons tous un "talon d'Achille" et si vous ne connaissez pas le vôtre, lui saura comment s'en servir à son escient.


Il est difficile de repérer un manipulateur pathologique, car justement l'une des techniques est de passer inaperçu, il avance masqué. Le plus souvent, nous l'identifions à rebours à cause de de ses attitudes contradictoires ou son double langage.

Nous pouvons apprendre à repérer ce genre d'individu, pour les contrer. un préalable est nécessaire :

Comprendre que nous ne sommes jamais aussi manipulé que par nous-même.


Qu'est-ce qui caractérise un manipulateur ?

Ce sont des marginaux, handicapés de la vie, des adultes qui ont été des enfants tyrans. De cette détresse vient leur désir de manipuler.


Il existe des manipulateurs pathologiques et le simple manipulateur. Le simple manipulateur cherche à défendre ses intérêts. Il est un bon communicant avec du charisme, c'est un caméléon social. S'il fait du mal à l'autre, lui n'éprouve pas de plaisir. Le manipulateur pathologique cherche à blesser, à détruire l'autre, à dominer. Il a l'impression de faire la démonstration de sa supériorité par son intelligence, sa ruse, sa stratégie. Quand ils ont atteint leur but, ils éprouvent un grand plaisir, cela flatte leur égo, mais ils ne parviennent pas à se faire aimer, car il n'éprouve aucun sentiment.

Ils obtiennent de l'autre, de la soumission, de l'écrasement, de l'autodestruction, mais comme ils ont usé leurs victimes, elles n'ont plus la force d'aimer. Elles sont vidées de leur énergie.


Comment le prédateur tisse sa toile ?

Le manipulateur a du flair pour repérer sa victime et sa potentielle dépendance. Il se met en position de Sauveur -voir le triangle dramatique - et met en place une stratégie qui demande du temps et du calcul.

Il est, d'abord avenant, très convivial, très sympathique et petit à petit il tisse sa toile., il éloigne sa proie de ses amis, de sa famille, il la rend dépendante. Puis il manie le chaud et le froid : il donne beaucoup et prive brutalement, il cultive une insécurité, ses paradoxes, comme "être dépendant de sa victime ou d'en n'avoir pas besoin". En fait il faut savoir que le prédateur dépend de sa proie. Sans elle il n'est rien !


Et les pervers narcissiques ?

Ils sont l'incarnation parfaite du manipulateur pathologique. Il cumule les excès du narcissisme, de la mégalomanie et du complexe de supériorité, il a le sentiment que tout le monde dépend de lui ! Cette présence lui donne du charisme, grâce auquel il fait plonger ses victimes.


Remarque : tous les manipulateurs pathologiques ne sont pas des pervers narcissiques.


Et dans le monde professionnel ?

Des relations toxiques existent dans le monde professionnel. Il est important de savoir les identifier et de savoir, s'ils proviennent d'un agissement insidieux d'un collègue ou d'un supérieur hiérarchique ou de notre propre attitude.


Je me fais manipuler quand je subis des flatteries ou des menaces.

Par exemple si mon supérieur me donne une mission en me disant "que je suis la seule personne à pouvoir l'exécuter" cela peut être un indice, voire une alerte. En général le manipulateur utilise la séduction, ne donne pas tous les éléments et peut faire usage de menaces voilées, comme "il serait mieux pour toi que cette mission soit réalisée dans les temps !"

La fréquence de ce genre d'intervention doit vous alerter ! et vous devez vous demander à quels besoins vitaux, dont j'ai besoin pour vivre, cela correspond.


Eric Berne s'est interrogé sur nos besoins vitaux. Par analogie à la nutrition, il les a appelés "soifs" en montrant ainsi à quel point ils sont fondamentaux.


La soif ou le besoin de stimulation

La soif de stimulation correspond est notre lien social dans le but de forger son identité et donner du sens à son travail. Il correspond à de la bienveillance, des encouragement de la gratitude.


La soif ou le besoin de reconnaissance

Cette soif correspond au besoin d'être accepté et reconnu dans son travail. Pour obtenir ces besoins de reconnaissance, la personne rentre en relation avec les autres afin de d'obtenir des "coups" ou des "caresses" qu'Eric Berne appelle des "strokes". Il existe de 5 niveaux de strokes, du plus valorisant au moins valorisant. Ils permettent d'exister et de relever des défis, collaborer...


La soif ou le besoin de structure

Comme chacun a besoin de se positionner dans l'espace et dans le temps, le manipulateur fait tout pour que la personne n'ait pas ces repères de stabilité. Ainsi il met dans le flou la personne pour qu'elle n'ait pas de repère et ainsi dépendante de son bon vouloir.


Quelles solutions ?

La manipulation s'appuie sur l'émotionnel et le flou.

A chacun de prendre du recul, c'est à dire, se couper de son émotionnel et de rétablir clarté et factualité dans nos communications et nos relations. L'utilisation de la pleine conscience joue un rôle bénéfique pour sortir de ce piège.


D'ailleurs, un supérieur hiérarchique peut être manipulateur et il peut lui aussi pris dans cet engrenage et être manipulé par son supérieur hiérarchique. Ainsi il est à la fois manipulé et manipulateur, cela entraine des comportements dysfonctionnels en cascade.


Une fois cela identifier, vous devez prendre rendez-vous avec l'interlocuteur problématique et d'en discuter, pas n'importe comment et surtout pas les mains dans les poches. Ce genre d'entretiens se préparent, car il s'agit de ne pas brusquer l'autre et d'aborder ses propres attentes .


Je m'automanipule

Je ressens un manque d'autonomie dans l'exécution de mon travail, je l'impute à mon entreprise, sans voir que je suis moi-même en cause. Je peux à ce moment là me mettre en retrait, me rebeller ou m'enfermer dans une sorte de fatalisme. Je me sens victime d'un système que je ne peux pas modifier.


Un signe entre-autres devrait m'interpeller : la généralisation. Exemple "c'est toujours comme cela..." on ne nous écoute jamais "....


Le "quiet quitting". Je fais ce que l'on me demande et pas plus. En cette période économique particulière, je peux prendre conscience qu'en fait, la priorité n'est pas forcément le travail, mais ma santé, donc je fais plus de sport, cela peut être ma vie de famille, donc je passe plus de temps avec mes enfants, mon conjoint, mes parents, ou cela peut-être mes loisirs, donc je profite pour faire plus d'escapades, de mes amis... Je prends conscience que le travail ne me donne pas forcément le sens de la vie que j'attends. Alors, je me laisse manipuler et je fais uniquement ce que l'on me demande.

Le challenge du manager d'aujourd'hui est aussi celui là : donner du sens à son travail au travail de son équipe au travail de chacun, surtout qu'avec les conditions économiques et les conditions de travail comme le télétravail, cette tâche devient de plus plus délicate.


Est-ce que je veux changer cette situation d'automanipulation, c'est à dire , faire juste ce qu'il faut et pas plus ?

Si oui, je dois changer et cela viendra de soi-même et surtout pas des autres. Aussi il est important dans un premier temp


s d'dentifier les situations de mal-être tant de façon individuel que dans l'entreprise. Ensuite d'adopter une attitude et des objectifs positifs, être lucide, c'est à dire savoir prendre du recul sur soi-même et donner du sens à sa vie.


Qu'est-ce qui vous rend vulnérable ?

Identifier votre talon d'Achille est indispensable, car c'est la porte d'entrée à la manipulation .

vous voulez le savoir,


Bibliographie recommandée :

  • Soumission à l'autorité de Stanley Milgram. Comment un individu ordinaire peut se transformer en tortionnaire. Sur you Tube : "l'expérience de Milgram

  • Petit traité de la manipulation à l'usage des honnêtes gen de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois

  • L'Analyse Transactionnelle, pour mieux se connaître et connaître les autres d'Eric Berne

  • Eloge de la lucidité d'Ilios Kotsou (marabout -Poche)



14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page